Pourquoi changer ?

Mon installation de chauffage actuelle fonctionne sans problème depuis des années, elle est entretenue régulièrement et la consommation de combustible me paraît honnête comparée à celle de mes amis et mes voisins. Que peut alors m’apporter une nouvelle installation de chauffage si ce n’est un investissement coûteux et des désagréments pendant l’installation ?

 

Rénover son installation de chauffage en le remplaçant par une chaudière à bois ou une pompe à chaleur, ou l’améliorer avec une installation solaire ou des radiateurs plus performants n’est généralement pas une décision prise suite à une multitude de réparations coûteuses, voire une panne complète. Un simple calcul des dépenses de chauffage ou le souhait d’améliorer le confort d’utilisation en intégrant un système de régulation performant suffit souvent à convaincre.

Face à l’augmentation du prix des combustibles et aux exigences croissantes du respect de l’environnement (économie des énergies fossiles et réduction des émissions de CO2 sont actuellement en première ligne), réduire son chauffage au simple fait qu’il fonctionne encore est un argument d’une époque révolue. Malgré le coût de l’investissement, vous serez rapidement gagnant en remplaçant une chaudière vieillissante, tant financièrement que d’un point de vue écologique.

Les prix du fioul et du gaz explosent. A quoi faut-il s’attendre à l’avenir ? Comment savoir quelle source d’énergie sera la meilleur pour l’avenir ? Pour combien de temps nos réserves suffiront-ils ?

Ces dernières années, les prix des combustibles n’ont cessé d’augmenter jusqu’au début de la crise financière de l’automne 2008 où le prix du baril (=159 litres) a dépassé les 150 $. Tous les consommateurs craignent alors une explosion des coûts sans fin. Puis finalement le prix du fioul est redescendu, tout comme celui du gaz indexé au prix du baril de brut. Personne n’est en mesure de prédire quand la limite d’une telle flambée des prix est atteinte, ni l’issue de telles fluctuations.

Une chose est certaine : les hausses de prix inhabituelles des énergies ne doivent pas, comme cela est souvent le cas, faire penser que les énergies s’épuisent. Les prophètes qui prédisent la fin du fioul et du gaz ne provoquent que du désarroi et n’aident en aucune manière les utilisateurs en face d’un choix pour leur chauffage.

Vous souvenez-vous du choc pétrolier ? Déjà dans les années 70, les spécialistes les plus pessimistes prévoyaient un épuisement imminent de nos réserves de pétrole. Dans les faits, les ressources ont considérablement augmenté grâce à l’exploitation de nouveaux gisements. De nombreux autres sites d’or noir et des réservent de gaz sont certes localisés mais non exploités en raison du coût qu’engendrerait leur extraction, notamment off-shore.

Avec la hausse du prix des combustibles, il s’avère aujourd’hui néanmoins rentable d’investir davantage dans l’exploitation de nouveaux gisements de pétrole et de gaz.

Les réserves d’énergies fossiles telles que le pétrole et le gaz restent malgré tout épuisables. L’échéance n’est certes pas lointaine si l’on parle en terme de générations, mais tout de même plus éloignée que la durée de vie d’une chaudière.

En terme de coût, il est indéniable qu’à long terme, les prix du et du gaz ne vont pas retomber au niveau de celui des années passées, si ce n’est qu’en raison des besoins croissants des pays en développement comme la Chine par exemple. Il est donc indispensable de prévoir chez soi une installation de chauffage performante et qui permet de réduire considérablement les besoins en combustible.

Comparaison thermographie de deux bâtiments

Description de la photo : Thermographie révélatrice : la construction neuve (à gauche) perd nettement moins de chaleur par les murs, le toit et les fenêtres que la construction ancienne. Le rouge fait état des pertes de chaleur. Energielibre.ch possède une caméra thermique. Nous pouvons ainsi conseiller nos clients concernant les travaux les plus judicieux à faire réaliser.

logiciel_etude_thermique

Description de la photo : Energielibre.ch, en tant que spécialiste du chauffage, utilise des logiciels d’études thermiques qui permettent de calculer les pertes énergétiques des habitations. Nous travaillons également en étroite collaboration avec un bureau d’études thermiques qui se charge des certifications énergétiques.

 

Pourquoi investir dans une nouvelle installation si je peux réaliser des économies de combustible en améliorant l’isolation de ma maison ?

L’isolation thermique est indispensable et doit être traitée avec soin. Elle sert à limiter les déperditions d’un bâtiment. Quel que soit votre système de chauffage, des pertes de chaleur inutiles pèseront toujours sur votre porte-monnaie. La plupart des habitations construites dans les années 70, époque à laquelle on commençait pourtant à mettre en avant les économies d’énergies dans les projets de construction, sont dotées d’installations qui consomment beaucoup d’énergie. En dépit de toutes les mesures de rénovation des bâtiments pour favoriser les économies d’énergie, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. De nombreux propriétaires ne sont pas en mesure d’investir à la fois dans une meilleur isolation thermique de leur habitat et dans un nouveau système de chauffage. Reste alors à savoir quel sera le meilleur investissement ?

Une étude allemande démontre que le coût de l’investissement pour remplacer des fenêtres vieilles de 20 ans, ramené à chaque kilowattheure gagné, est de 62 centimes.

Toujours rapporté au nombre de kilowattheure gagné, l’investissement pour une isolation de mur extérieur d’une façade très endommagée est de 6 centimes. Il apparaît donc logiquement, que mieux la maison est isolée, plus l’investissement nécessaire pour économiser des kilowattheures supplémentaires sera élevée. En comparaison, investir dans un nouveau générateur de chaleur s’avère nettement plus avantageux. A savoir, si le remplacement de la chaudière est de toute façon nécessaire et qu’une PAC est mise en place, l’investissement ne sera que d’un cent pour chaque kilowattheure économisée. Ce petit calcul montre bien que les coûts d’investissement dans une PAC pèseront moins lourd sur votre budget que les grands chantiers d’amélioration de l’isolation de votre maison.

Avant de décider de ce qu’il y a lieu de faire, il peut être intéressant d’étudier l’ensemble du bâtiment : où la maison perd-elle de l’énergie ? Quelles en sont les causes et que faire ? Cette étude doit porter sur l’environnement complet : chauffage, préparation d’eau chaude sanitaire, revêtement du bâtiment, cave y compris, murs extérieurs, toit, portes & fenêtres, ainsi que les conduits, radiateurs et systèmes d’évacuation. Une approche complète et complexe dont nos partenaires, qui travaillent avec des logiciels d’études thermiques spécialement conçus pour calculer les pertes énergétiques, peuvent se charger.

Explosion du prix du fioul